J'ai du mal à savoir par où commencer Honeydew : ce premier long métrage du réalisateur Devereux Milburn est absolument fou, et je j'ai adoré.

Rylie (Malin Barr) et Sam (Sawyer Spielberg) voyagent dans la campagne de la Nouvelle-Angleterre: elle envisage d'étudier l'effet d'une épidémie fongique sur l'agriculture de la région et il répète un scénario en l'accompagnant. Ils se retrouvent un peu coincés – bien sûr – au milieu de nulle part et plantent une tente pour la nuit, mais le propriétaire se présente et les emballe. Heureusement, ils espionnent une maison et s'arrêtent pour demander s'ils peuvent utiliser le téléphone. Karen (Barbara Kingsley), âgée et scatty, les invite à…

Sam et Rylie forment un jeune couple citadin de la classe moyenne, parfaitement sympathique, mais juste légèrement déconnectés l'un de l'autre; ce qui est parfois enrichi par une présentation en écran partagé montrant leurs différents intérêts. Fait intéressant, elle contrôle quelque peu Sam, et c'est lui qui a des problèmes d'alimentation; un renversement de l'alignement des genres que nous connaissons peut-être. Karen, au moins au début, est une femme étrange très similaire à Mme Huggins de Rita Tushingham dans The Owners ; mais attendez juste de mieux la connaître, sans parler des autres résidents bizarres, Gunni (Jamie Bradley) et Delilah (Lena Dunham).

Honeydew écrit par Milburn avec Dan Kennedy, est une horreur de backwoods que certains ont comparée à The Texas Chainsaw Massacre mais sans aucun fou qui court, avec un minimum d'action et à peine tout gore. Tant de folie et de terreur sont suggérées par ce que nous voyons presque, et tant de confusion sur ce qui est réel par les hallucinations que les visiteurs développent après leur dîner tardif. C'est plein de drame et de tension, cependant, de sorte que même des scènes simples comme attendre une dépanneuse ne se sentent jamais lentes du tout. La ferme délabrée est aussi un peu intemporelle, personne ne gardant des habitudes alimentaires ou de sommeil standard et des dessins animés en noir et blanc sur la télévision de la cuisine.

La nourriture est la caractéristique principale de Honeydew avec Rylie imposant des limites alimentaires dès que Karen offre les deux steaks; et plus tard Sam se faufilant pour des goodies illicites. Ils devraient vraiment se demander comment un tel tarif est généré, sachant que les fermes ont du mal depuis les infections que Rylie étudie. Nutrition, maladie, sacrifice, hospitalité, plaisir… la nourriture a de nombreux aspects et ils sont tous joués dans ce film; sans parler du vieux principe religieux selon lequel le corps est un temple.

Honeydew m'a complètement hypnotisé, tout comme Sam et Rylie sont tombés sous le charme de Karen. La caméra a accordé une attention supplémentaire aux objets simples, parfois une attention étrange, puis ne vous a pas tout à fait permis de voir ce que vous vous attendiez à moitié à voir. La partition de John Mehrmann a vraiment ajouté à ce style; l'a fait, même. Comme la partition de Zuckerman à Lucky celle-ci n’était pas du tout exagérée; patient et riche, avec un mélange de voix et de sons électroniques.

J'ai adoré Honeydew aussi méchant qu'il soit. Certains ont comparé le style à Lynch ou Strickland; L'épicerie fine de Caro et Jeunet m'est venue à l'esprit pendant que je la regardais, et peut-être un petit charme tordu de Coen. Aucun de ceux-ci n'a tout à fait raison. C’est le film de Milburn et j’ai hâte de voir ce qui va suivre.

Pour plus de récapitulatifs, de critiques et de fonctionnalités originales couvrant le monde du divertissement, pourquoi ne pas nous suivre sur Twitter et aimer notre page Facebook?

Alix Turner

Alix écrit pour Ready Steady Cut depuis novembre 2017. Ils couvrent une grande variété, y compris les festivals de genre, et apprécie particulièrement l'esprit et la représentation à l'écran.

La revue post Honeydew (FrightFest 2020) – l'horreur des backwoods avec un ton hypnotique est apparue en premier sur Ready Steady Cut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici