Au début de l’année, Microsoft a annoncé qu’il rachèterait Activision Blizzard pour la modique somme de 70 milliards de dollars, ce qui en fait la plus grosse acquisition de l’histoire du jeu vidéo. Cette nouvelle a continué à faire la une des journaux, cependant, en raison de la quantité de refoulement qu’elle reçoit et des tentatives de Microsoft pour la faire approuver.

Pour rappel, Microsoft a besoin de l’approbation de plusieurs régulateurs avant de pouvoir finaliser l’accord. De toute évidence, Sony a exprimé son mécontentement à l’égard de l’acquisition et l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) partage des préoccupations similaires concernant l’accord affectant négativement les concurrents de Microsoft. Maintenant, il a été affirmé que la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis envisageait de bloquer purement et simplement l’acquisition.

Rien n’a encore été officiellement annoncé et la FTC n’a pas émis de commentaire à ce sujet, mais Politico a entendu de trois sources anonymes au courant de la situation qu’il est probable que la FTC intente une action en justice antitrust.

En effet, son personnel est également sceptique quant aux commentaires de Microsoft et estime que l’acquisition donnerait à l’entreprise un coup de pouce injuste sur le marché. Call of Duty a été le principal sujet de discussion, Sony affirmant que devenir une exclusivité Xbox conduirait les propriétaires de PlayStation à l’abandonner pour la console de Microsoft. Microsoft a insisté à plusieurs reprises sur son intention de continuer à publier des jeux Call of Duty pour PlayStation, mais les préoccupations de la FTC vont au-delà de Call of Duty.

A lire aussi  Les joueurs de Fallout 76 ont créé leur propre Iron Chef post-apocalyptique

Selon les sources de Politico, la FTC étudie comment Microsoft pourrait tirer parti des futurs jeux qui n’ont pas encore été annoncés. Sans surprise, Activision a rejeté les suggestions selon lesquelles l’accord conduirait à des pratiques anticoncurrentielles, avec un porte-parole déclarant: “Cette fusion profitera aux joueurs et à l’industrie américaine du jeu, d’autant plus que nous sommes confrontés à une concurrence de plus en plus féroce de l’étranger.”

Si une telle action en justice était intentée, ce serait un coup dur pour Microsoft étant donné qu’il a du mal à faire passer l’accord au Royaume-Uni. De plus, en plus de devoir se battre pour l’accord devant les tribunaux, tout refoulement juridique ne ferait que rendre plus difficile sa finalisation avant juillet 2023. C’est la date limite pour laquelle l’accord devrait être conclu, sinon Microsoft et Activision devront renégocier ou même potentiellement abandonner complètement l’accord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici