Ce récapitulatif de The Right Stuff saison 1, épisode 2, «Goodies», contient des spoilers. Vous pouvez consulter nos réflexions sur l'épisode précédent en cliquant sur ces mots.

Nous ouvrons l'épisode 2 de The Right Stuff avec une conférence de presse assez révélatrice sur les différences entre nos personnages principaux. Exemple: heureusement marié, John répond aux questions avec humour et enthousiasme. Alan, quant à lui, transpire des seaux lorsqu'on l'interroge sur sa femme et parvient à peine à balbutier qu'il n'a aucun problème à la maison, ce qui n'est même pas ce qui a été demandé. Lorsque Trudy ouvre la porte d’entrée pour voir des journalistes rassemblés sur sa pelouse, vous ne pouvez pas imaginer que cette dynamique fragile va durer.

C'est le gamin qui le donne. Lorsque Michael Turley, journaliste du Washington Star demande à la fille d’Alan ce qu’elle préfère à propos du fait que son père est astronaute, elle répond: «Nous sommes tous de retour ensemble.» Oups.

Ce niveau d'attention du public ennuie Bob, qui a apparemment un problème de personnes. Les gens aiment ces gars-là, et les gens lisent des journaux – les gens votent aussi. Comme tout, c’est une question d’argent. Cela fait tourner le monde, après tout. Project Mercury a déjà un mois de retard sur son calendrier et divers revers menacent de les en retarder de deux ou trois de plus. Même loger les astronautes s'avère difficile.

L’homme en charge des relations publiques est John “Shorty” Powers, et il explique que si les astronautes ne gagnent pas le cœur et l’esprit du peuple américain, le Congrès réduira son financement. Montage Cue! John en particulier se démarque lors de la tournée publicitaire, devenant ainsi le visage du projet aux yeux du public. Alan, cependant, est toujours caché en arrière-plan, l'air sournois et amer. Le Mercury 7 participe à des événements dans tout le pays. À Akron, Ohio, John est acculé par Leo DeOrsey, un avocat et un agent avec de nombreuses opportunités à offrir. Qu'on le veuille ou non, ces hommes sont maintenant des célébrités. Et l’avenir vient vite.

L'attention de la presse ne rend pas service à Gordo, pour des raisons évidentes. Mike Turley ne cessera de traîner sur sa pelouse et de suivre sa fille, lui posant des questions sur maman et papa. Quand Gordo le confronte, il fait des allusions assez peu subtiles, et Gordo le met dans la bouche. Mais il s'inquiète de la façon dont Trudy va gérer tout cela quand il partira, car elle n'a pas le même intérêt à garder leur scission secrète.

Pour maintenir les apparences, Gordo et Trudy vont dîner chez John, où Gordo raconte comment il a rencontré Trudy, apparemment aussi pilote. C’est un récit fort qui fait même pleurer Trudy. Finalement, les hommes sortent, laissant les femmes se lier. Ils discutent de l'attention de la presse: «Personne ne se soucie d'une femme tranquille», dit Annie, lorsqu'on lui demande comment elle gère cela. Elle a beaucoup à dire, cependant, et parfois cela ne dérange pas un homme calme. Pendant ce temps, les hommes discutent de la même chose, en particulier Gordo qui frappe Mike, que Shorty a apparemment dû payer. Gordo fait un bon point – plus cela durera, lui et les autres gars comme lui, dont aucun «n'est allé à la fin de l'école», vont commencer à faire plus de mal que de bien en étant aux yeux du public. John appelle Shorty et lui dit que Leo DeOrsey pourrait être la solution à tous leurs problèmes.

Ce que DeOrsey propose est un arrangement exclusif avec le magazine Life : «Vous laissez Life entrer, vous gardez tout le monde à l'écart.» L'accord leur rapporte de l'argent, de la renommée et un certain degré de protection. C'est de la pâte qu'ils peuvent dépenser et de la publicité qu'ils peuvent contrôler. Trudy est d'abord sceptique, mais Gordo insiste sur le fait qu'en plus de l'argent, ils peuvent écrire l'histoire. Peut-être qu'ils peuvent même la ramener dans un avion. Cette nuit-là, ils s’embrassent, mais ça ne va pas plus loin. Une étape à la fois, je suppose.

Le Mercury 7 arrive à Hanger S au Center for Human Space Exploration – un hangar sans avion. Alan s’intéresse immédiatement au sous-lieutenant «Dee» O’Hara, l’infirmière du programme, qui est loin d’être aussi sensible à ses charmes que les autres femmes ont tendance à l’être. Personne n’est impressionné par les arrangements de sommeil, mais Alan est en mesure d’organiser des fouilles plus huppées sur un sou de la NASA. Loudon Wainright du magazine va le voir là-bas. Ils discutent de leurs désirs mutuels – Alan veut aller vite et être laissé seul. Il suggère que Loudon lui donne un son héroïque et bon, comme John Glenn, mais peut-être pas si ennuyeux.

La fille de Gordo, Cam, ne réagit pas bien à tout cela pendant ce temps, et pendant qu’elle fait du vélo, elle ferme les yeux et finit par courir dans une voiture. Quand Trudy la presse sur ce qu'elle faisait, Cam le nie. Il y a clairement une sous-intrigue en plein essor ici, et il sera intéressant de voir où elle va.

Au moins, Alan s'amuse. Il commence à se déchaîner, à acheter des Corvette et à rouler avec des femmes au hasard, ce qui, selon vous, serait un non-non. Mais avec l’argent et les histoires héroïques du magazine Life il est libre de vivre plus ou moins comme il le souhaite – du moins pour l’instant, du moins. Le dernier coup de "Goodies" est Alan accélérant la voiture alors qu'un compte à rebours de lancement joue en arrière-plan. Maintenant, il y a un signe de choses à venir.

Merci d'avoir lu notre récapitulation de The Right Stuff saison 1, épisode 2, «Goodies». Pour plus de récapitulatifs, de critiques et de fonctionnalités originales couvrant le monde du divertissement, pourquoi ne pas nous suivre sur Twitter et aimer notre page Facebook?

Jonathon Wilson

Jonathon est le co-fondateur de Ready Steady Cut et est rédacteur en chef et critique en chef du point de vente depuis 2017.

Le post The Right Stuff saison 1, récapitulatif de l'épisode 2 – «Goodies» est apparu en premier sur Ready Steady Cut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici