Ce récapitulatif de The Walking Dead: World Beyond saison 1, épisode 2, «The Blaze of Gory», contient des spoilers. Vous pouvez consulter nos réflexions sur l'épisode précédent en cliquant sur ces mots.

Après la décevante première, je ne peux pas dire que je m'attendais à ce que The Walking Dead: World Beyond s'améliore beaucoup, mais je ne m'attendais certainement pas à ce que cela empire. "The Blaze of Gory" est, pour moi, cette franchise à son plus difficile à tolérer, pleine de stupidité, de narration paresseuse, de drame joué et d'idées de seconde main. Au moins dans le cadre du campus, le foyer supposé des adolescents était là; il y avait quelque chose de différent dans le fait qu'un spectacle se déroule si loin dans l'apocalypse que certains des enfants n'avaient jamais tué leur propre marcheur auparavant. Je dis «marcheur» puisque c'est la nomenclature de franchise de longue date, mais ici, ils sont appelés «vides» sans aucune raison.

C'est en fait là que commence l'épisode 2 de The Walking Dead: World Beyond avec Iris essayant – et échouant – de tuer un seul zombie tout en revenant aux leçons du campus sur la façon de le faire; des leçons auxquelles elle n'a manifestement jamais prêté attention. Nous sommes bien, beaucoup trop loin dans la durée de vie de cette franchise pour faire beaucoup de zombies. Nous avons passé des années à regarder les personnages apprendre à faire cela de manière experte. Revenir au drame facile où les enfants sont à peine capables de conjurer un seul cadavre en ébullition ressemble à une façon absurdement paresseuse de créer une «tension».

Aussi paresseux: Flashbacks. Je regarde énormément la télévision, bien plus que la personne moyenne, et pourtant je ne me souviens pas de la dernière émission que j'ai regardée qui n'incluait pas de flashbacks. Leur utilisation peut être justifiée, bien sûr, mais historiquement, The Walking Dead à son pire absolu s'appuyait contre des flashbacks et d'autres gadgets structurels pour obscurcir le fait qu'il n'avait vraiment aucune histoire à raconter. Dans «The Blaze of Gory», les flashbacks concernent Felix, qui, avec Huck, poursuit les enfants. Nous voyons son père le chasser de la maison pour être devenu gay. Nous voyons la famille s'effondrer. Nous voyons ses souvenirs des premiers jours de l'apocalypse. Et ainsi de suite, et ainsi de suite.

Le titulaire Blaze of Gory est un feu de pneus sans fin qui attire les marcheurs avec son bruit et sa lumière, en gardant la plupart d'entre eux à l'écart, mais debout comme un monument à la ruine du monde. Les enfants se dirigent vers lui et prévoient de passer juste à côté, mais bien sûr, ils sont distraits par leur incapacité totale à gérer même la plus infime des menaces, bien que je concède que le zombie à tête de ruche crachant des insectes fait pour un joli visuel.

Je concède même que la cabane dans les arbres dans laquelle le gang s’abrite et joue au Monopoly est très conforme à la marque si nous prétendons vraiment qu’il s’agit d’une émission destinée aux adolescents. Heureusement, ils ont la hauteur là-dedans, donc ils sont à l'abri des menaces, mais Hope de manière prévisible – et idiote – essaie de gérer elle-même le problème des marcheurs et en paie presque le prix. C'est, je suppose, le problème de faire un drame pour adolescents dans l'univers de Walking Dead – les adolescents sont encore plus bêtes que les adultes.

En parlant de stupide, Iris demande au gang de traverser les marcheurs qui se rassemblent près du Blaze of Gory. Elton est particulièrement irritant dans cette moitié arrière de The Walking Dead: World Beyond épisode 2. Son nihilisme joyeux – sans parler de cet affreux et affreux costume – est vraiment mal adapté à un si jeune personnage. Il y a sans doute une idée convaincante dans la discussion sur la fin du monde, mais la rigidité de l’écriture la mine; Je n'ai jamais accepté l'idée qu'Elton se résigne simplement à la disparition de l'humanité comme une fatalité mathématique.

Bien sûr, nous nous dirigeons vers un cliffhanger plutôt non mérité, avec Hope prenant une autre décision stupide dans laquelle il semble inutile d'entrer. La stupidité semble être l’ensemble de cette émission, et pas d’une manière qui ressemble à une critique intentionnelle de la jeunesse ou quelque chose comme ça. C'est juste une conséquence ennuyeuse d'une mauvaise écriture, les mêmes schémas d'idiotie dans lesquels les séries sous Gimple semblent toujours tomber. Je n’ai pas encore atteint le point où je déteste cette série et je souhaite du mal à tous les personnages – à part Elton, évidemment – même si j’ai l’impression que nous y arriverons le plus tôt possible.

Merci d'avoir lu notre récapitulatif de The Walking Dead: World Beyond saison 1, épisode 2, «The Blaze of Gory». Pour plus de récapitulatifs, de critiques et de fonctionnalités originales couvrant le monde du divertissement, pourquoi ne pas nous suivre sur Twitter et aimer notre page Facebook?

Jonathon Wilson

Jonathon est le co-fondateur de Ready Steady Cut et est rédacteur en chef et critique en chef du point de vente depuis 2017.

Le post The Walking Dead: World Beyond saison 1, récapitulatif de l'épisode 2 – «The Blaze of Gory» est apparu en premier sur Ready Steady Cut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici