Cette critique de Black Lightning contient des spoilers majeurs.

Black Lightning est un spectacle qui ne se soucie pas d'être froid. Il n'a aucun froid et n'essaie jamais de donner l'impression qu'il a jamais ou veut avoir du froid. Il ne passe pas de zéro à 100 car cela implique qu'il a même un zéro, ce qu'il n'a pas. Ce spectacle reste sur l'accélérateur, et il pourrait se relâcher un peu, mais il n'a jamais entendu parler d'un frein, c'est plein gaz jusqu'à ce que le gaz soit épuisé…

La finale de la saison 3 commence à 100: après avoir sauvé Jennifer (après sa tentative téméraire de prendre Gravedigger en solo), Jefferson charge et prend Gravedigger sur lui-même. Ce qui suit est l'une des nombreuses confrontations suralimentées et suralimentées entre Gravedigger avec sa gamme de pouvoirs empruntés et divers membres de la méta-équipe de Black Lightning.

Ailleurs, dans tout le Freeland, les Markoviens arrachent des métas, détruisent la police et les casernes de pompiers et tuent des citoyens sans discernement. Jameelah Olsen rend compte de l'invasion markovienne en direct des rues et est abattue devant la caméra. Là où la caméra aurait pu se concentrer sur son agresseur ou ses blessures, elle se concentre plutôt sur son visage. Il reste juste assez longtemps pour que nous puissions saisir la gravité de la situation, mais pas assez longtemps pour nous sentir voyeuriste. Ce type de visuel peut toucher trop près de chez soi et peut être inconfortable à regarder, mais il correspond au récit et ne semble pas gratuit.

Cette saison nous a donné une occupation militaire complète par une entité gouvernementale ombragée et une menace étrangère adjacente à la Russie, toutes deux déterminées à transformer les métas de Freeland en armes. Depuis le premier épisode, nous avons été dans la merde, et chaque épisode depuis nous y a gardé. Nous avons vu nos héros lutter, s'adapter, apprendre, grandir et évoluer. Nous avons vu des personnages qui nous intéressent être testés d'une manière à laquelle nous ne nous attendions pas et les avons vus sortir différents, plus forts et mieux préparés à affronter leurs ennemis et eux-mêmes.

Jefferson a toujours été un leader, il a toujours respecté l'autorité et il a toujours eu une forte idée de ce qui est juste. Cela a été sa fondation en tant que père, éducateur et super-héros. Le A.S.A. l'occupation de Freeland et le traitement de ses citoyens ont défié le code moral de Jefferson, et il a dû adoucir certaines de ses lignes dures afin d'être efficace contre Odell et l'A.S.A. En fin de compte, il est tombé du côté de faire ce qui devait être fait pour protéger l'ensemble, même aux dépens de l'individu. Jefferson maintient son sens de la justesse, mais il a également appris à s'adapter.

Lynn, d'autre part, a maintenu fermement son sens de la justesse personnelle tout au long, parfois à son détriment. Elle a travaillé pour l'A.S.A., connaissant leurs intentions de nuire, espérant qu'elle pourrait sauver les enfants de pod de Freeland et les métas de Greenlight. Elle a continué son travail même s'il y avait une possibilité que cela puisse donner plus de pouvoir à l'A.S.A. et Markovia. Sa lutte contre la toxicomanie cette saison l'a rendue audacieuse et imprévisible d'une manière qui a parfois fonctionné contre elle, mais elle a pu aider à sauver Freeland de l'invasion markovienne et finalement stabiliser les métas de Freeland. Le tout sous l'influence de Greenlight. J'ai clairement exprimé mes sentiments à propos de sa dépendance et je ne suis pas convaincu qu'il était nécessaire de raconter cette histoire, mais Lynn a été un personnage plus dynamique cette saison, ce qui était excitant à voir.

Jennifer a grandi le plus cette saison. Elle a commencé comme apprentie volontaire d'Odell, développant et utilisant avec enthousiasme ses pouvoirs au service de l'A.S.A. Il a fallu voir les versions les plus défavorables d'elle-même dans des univers alternatifs pour la déplacer vers une pensée et une action indépendantes. Une fois qu'elle a établi pour elle-même ce qui était bien, ce qui n'allait pas et qui étaient les vrais ennemis, elle était une force imparable. Cela lui a causé beaucoup de problèmes, surtout dans le dernier épisode, lorsqu'elle a affronté Gravedigger seule et a failli mourir. Mais cela montrait également qu'elle avait pleinement embrassé ses pouvoirs et accepté la responsabilité de les avoir.

Anissa a été la plus régulière sur trois saisons. Elle a toujours montré du potentiel et une volonté d'intensifier, et cette saison, elle est devenue une héroïne et une leader. Elle a eu du mal à avoir de l'autorité plus tôt dans la saison, allant trop dur sur Anaya et le Perdi, mais elle est maintenant une dirigeante plus réfléchie.

D'autres personnages se sont également manifestés.

Henderson, en tant que chef de police par intérim, devait coopérer avec l'A.S.A., mais il dirigeait secrètement la Résistance tout le temps. Comme Jefferson, son sens strict de ce qui est juste a été contesté, mais contrairement à Jefferson, il s'est rapidement adapté. Lorsque les Markoviens ont tenté de tendre une embuscade à Jefferson, Henderson les a retirés, sauvant Jefferson (et Jennifer) avant de succomber à ses blessures. Il a vécu un héros et est mort un héros, et il n'avait pas besoin de méta-pouvoirs pour que cela soit vrai.

Khalil a également connu une croissance immense cette saison. Après les saccages de Painkiller (en éliminant les Markoviens, utilement), Khalil (torse nu, je ressens le besoin de le mentionner) le combat dans leur paysage mental et reprend le contrôle de son corps. Après qu'Odell se soit essuyé les mains de Freeland et se soit auto-détruit dans la fosse, Khalil a déjoué sa fuite. Au lieu de tuer Odell, ce qui serait dans ses droits, Khalil lui tire dessus et le laisse à Jefferson ou à Dieu. Il y a encore des endroits où aller s'il revient pour les saisons futures, mais si c'est la dernière fois que nous le voyons, il a un arc narratif satisfaisant, et c'est un endroit solide pour le quitter.

TC a été embrayé toute la saison, et il a été absolument vital dans tous les mouvements réussis de Black Lightning et de l'équipe. J'espère seulement qu'il pourra être plus que utile s'il apparaît dans les saisons futures. Brandon a fait beaucoup pour garder Jennifer au sol, et même si sa vendetta personnelle était superflue, je l'aime bien en tant que personnage et cela ne me dérangerait pas de le voir avec Jennifer explorer leur relation. Lady Eve et Lala ne sont vraiment venues que pour servir leurs objectifs spécifiques, mais toutes deux à leur manière (surtout égoïste), ont aidé à protéger Freeland et je respecte cela.

Cette saison fait avancer les personnages de manière à la fois subtile et manifeste, et ils sont si clairement définis. Après l'invasion markovienne, il y a une commission spéciale à Gotham dans laquelle Lynn et Black Lightning sont invités à témoigner sur l'occupation et l'invasion. Black Lightning présente la commission avec l'A.S.A. mallette retraçant des décennies de leurs crimes odieux.

Les Markoviens étaient les boogeymen de la saison, et bien qu'ils aient atteint le niveau de menace qu'on leur promettait d'être, ils étaient encore secondaires par rapport au véritable méchant. Odell n'allait jamais être un bon gars, et l'A.S.A. n'allait jamais se justifier. Le A.S.A. est responsable de plusieurs décennies d’expérimentation sur la population vulnérable noire et brune de Freeland. Il est en partie responsable de rendre et de maintenir Freeland vulnérable.

L'A.S.A., et le plus grand organe directeur de ce pays – qui a été construit au sommet du travail et de l'oppression des Noirs – sont responsables de tout, tous les chemins y conduisent. C'est leur première expérimentation sur Gravedigger et leur désir de créer plus de métas comme lui qui ont donné naissance au méta-programme à Markovia et à Freeland. J'adore que Black Lightning puisse raconter une histoire de cette envergure tout en maintenant une intimité avec les personnages et avec la ville elle-même. Il peut y avoir de vastes complots, mais l'attention revient toujours aux habitants de Freeland et aux personnages qui nous intéressent.

Cet épisode conclut habilement l'arc de la saison, mettant fin à Odell et aux A.S.A. et repoussant Markovia dans l'ombre. Il lie tous les gros bouts tout en taquinant le retour de Tobias et Gravedigger, deux métas puissantes avec des griefs personnels contre la famille Pierce. Cela nous donne une idée très claire de qui tout le monde est et de quoi il s'agit et nous savons que Black Lightning et sa famille sont prêts à se lancer dans tout ce qui leur arrive ensuite.

cnx.cmd.push (fonction () {
cnx ({
playerId: "106e33c0-3911-473c-b599-b1426db57530"
}). render ("0270c398a82f44f49c23c16122516796");
});

Black Lightning a gardé le pied sur le gaz, et sur nos cous, toute la saison. La vraie vie ne ralentit pas ou n'attend pas que vous rattrapiez, il est donc normal que le spectacle se déplace de la même manière, nous gardant sur nos gardes tout le temps. Black Lightning raconte des histoires significatives et pertinentes sur l'identité, la culture et la politique des Noirs, avec des pouvoirs et des super-héros superposés. Il s’agit de Jefferson, le père et chef de la communauté, autant que de Black Lightning, le méta et le héros masqué. Ça va dur parce que c'est possible, et parce qu'il est de la responsabilité d'une émission comme celle-ci d'utiliser son cadre de super-héroïsme pour raconter des histoires riches sur les gens parce qu'en fin de compte, c'est ce qui sont les héros.

The Black Lightning Saison 3 Episode 16 Review: Book of War: Chapter 3: Liberation est apparu en premier sur Den of Geek.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici