Ce récapitulatif de La vie et des films d’Ersan Kuneri saison 1, épisode 8 contient des spoilers, y compris une discussion sur la fin de La vie et des films d’Ersan Kuneri.

Comme tous les épisodes précédents de La vie et les films d’Ersan Kuneri, la finale est extrêmement difficile à récapituler. La structure persiste même ici, avec une brève configuration avant que le personnage titulaire ne disparaisse dans son propre film de fiction, et à partir de là, “Couldn’t Get Enough” consacre tellement de temps et d’énergie à la fausse production qu’elle oublie complètement la vraie. Les serre-livres des scènes du monde réel sont les seules choses que nous devons faire concernant la carrière réelle d’Ersan et le développement du personnage, et même dans ce cas, cela semble artificiellement accéléré. Certains thèmes de rédemption personnelle qui traversent le film de cet épisode sont une petite consolation.

La vie et les films d’Ersan Kuneri saison 1, récapitulatif de l’épisode 8

Quoi qu’il en soit, la finale reprend avec Ersan plus ou moins ruiné, gêné et démuni. Son équipe habituelle travaille ailleurs, sous la direction de cinéastes qu’Ersan déteste et qui ne le respectent pas en retour. La réputation persistante de “p ** n star” continue de le suivre, même si les fruits de son travail artistique sont pressés pour un nouveau jus dans des spin-offs auxquels il n’a aucun rôle. Il n’est pas étonnant qu’il soit vraiment ennuyé.

Son salut est Je ne peux pas en avoir assezdont il essaie d’adapter le titre, Je ne peux pas en avoir assez, mais…, puisque pourquoi pas ? C’est un drame émotionnel touchant avec des numéros musicaux, dont il considère la sophistication comme une voie claire vers la rédemption. Bien sûr, rien dans l’accord ne semble dans son intérêt au départ, mais les personnes désespérées feront des choses désespérées. Ersan saute sur l’occasion.

Mais ensuite, il doit convaincre tout le monde de voir le film de la même manière. Il apporte le scénario à son équipe habituelle, qui – suite à la détonation du plateau sur lequel ils travaillaient auparavant, ce qu’un clin d’œil implique était intentionnel – monte à bord pour faire le film avec lui, puis la part du lion de l’épisode est le film lui-même.

Comme toujours, il y a vraiment peu à tirer du film in-show. Tout est joué pour rire, malgré ses éléments ostensiblement sérieux, et au moment où il a culminé dans une séquence d’action culminante et ridicule qui voit Ersan utiliser son frère en fauteuil roulant comme bouclier humain et arracher les testicules d’un homme, j’avais à peu près vérifié dehors. Mais l’adoration du personnage d’Ersan dans le film étant principalement analogue à l’adoration de lui dans la vraie vie était assez évidente. Si cela était destiné à sa rédemption, eh bien, cela a fonctionné.

En effet, les scènes finales de La vie et les films d’Ersan Kuneri trouver Je ne peux pas en avoir assez un grand succès et Ersan une fois de plus une star. Je ne suis pas sûr qu’il y ait une morale derrière cette histoire, à part peut-être prendre tous les vieux déchets qui se présentent à vous, mais encore une fois, après huit épisodes, je pense que quiconque regarde cette émission pour la morale a du temps à perdre.

Vous pouvez diffuser La vie et les films d’Ersan Kuneri saison 1, épisode 8 exclusivement sur Netflix. Avez-vous des réflexions sur la fin de La vie et des films d’Ersan Kuneri ? Faites le nous savoir dans les commentaires.

Le post La vie et les films d’Ersan Kuneri saison 1, récapitulatif de l’épisode 8 – la fin expliquée est apparu en premier sur Ready Steady Cut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici