Quatre femmes travaillent dans le bureau studieux d'une organisation non gouvernementale qui enquête sur le génocide et tente de comprendre les personnes impliquées. Contrairement à de nombreux drames de bureau, il n'y a pas de têtes aériennes dans L'exception : ces gens sont tous des adultes intelligents et motivés, bien que chacun ait sa propre sensibilité humaine. Pourtant, quand l'un d'eux commence à se sentir exclu par les autres, sa méfiance se transforme en paranoïa; et le comportement clique des autres dégénère progressivement en intimidation subtile. Tout cela aurait pu être gérable sans les menaces de mort qui commencent à arriver.

Les quatre collègues sont des personnages bien dessinés, chacun avec des problèmes qui lui sont propres (mais heureusement pas dans la manière bidimensionnelle). Iben (Danica Curcic) a une forte présence dans l'organisation, peut-être pour compenser son arthrite invalidante. Malene (Amanda Collin) n'est pas revenue depuis longtemps d'une excursion en Afrique, où elle a été prise en otage et souffre encore de graves flashbacks. Camilla (Lene Maria Christensen) est la secrétaire de l’équipe et souhaite clairement plus d’épanouissement dans sa vie et son travail. Anne-Lise (Sidse Babett Knudsen) est celle qui ne convient pas: la bibliothécaire qui travaille dans son propre bureau, loin des collègues et des clients, et trouve ainsi des moyens de se joindre aux plaisanteries du bureau, mais cela lui fait juste regarder un peu bizarre; J'ai beaucoup sympathisé avec elle.

Le jeu des quatre est superbe; pas seulement Sidse Babett Knudsen (dont le nom, je l'avoue, a été ce qui m'a attiré vers le film). Elle est visiblement réduite par le gaslighting discret (et peut-être inconscient, au début) de ses coéquipiers; très différente des rôles pour lesquels elle est connue dans Le duc de Bourgogne Borgen etc. Le réalisateur Jesper W. Nielsen a fait un excellent usage des forces de ces acteurs, nous entraînant dans un danse de chacun d'eux prenant le focus pendant un temps, ce qui réussit à rendre leur dynamique intrigante.

Ce que j'admirais le plus dans L'exception était le style de production, et à trois égards. Premièrement, le bâtiment remarquable occupé par l’ONG, qui a magnifiquement capturé à la fois la lumière et le ton sérieux du travail de l’organisation. Deuxièmement, la musique d’Henrik Lindstrand, qui a en quelque sorte empêché le film de devenir mélodramatique à plusieurs reprises. Le plus frappant de tous, cependant, était la façon dont les pensées et les sentiments des personnages individuels étaient présentés à l’écran sous forme d’imaginations vives. Cela a été fait tout aussi efficacement pour augmenter l'effet du SSPT sur Iben, ainsi que les frustrations et les passions chez quelques autres femmes. Par conséquent, nous n'avons eu aucune difficulté à voir à l'intérieur de leur tête (parfois à voir plus qu'eux-mêmes).

Tout cela s'est produit, bien sûr, sur fond de tyrannie et d'atrocité dans le monde. Les conflits serbes et kényans ont surgi comme sujets d'articles écrits par Iben et Malene, bien qu'ils aient utilisé d'autres études de cas pour aider à comprendre la nature du mal. L'exception a beaucoup à dire; mais il est intéressant de noter que les personnages qui font des arguments philosophiques ont des problèmes personnels qui peuvent brouiller leur perspective. Il y a une tentative évidente de montrer le conflit de bureau comme quelque chose initialement mineur qui est devenu incontrôlable; et aussi qu'il reflétait les conflits à plus grande échelle qui intéressaient l'équipe. Malheureusement, le mélange de différentes couches d'une histoire rendait le thème central peu clair: était-ce un drame sur des personnalités de bureau, un thriller sur les menaces de mort et les criminels de guerre, une étude sur Qu'est-ce qui fait que les gens exercent un pouvoir sur les autres, ou une thèse sur les mauvaises choses que nous nous faisons les uns aux autres (et ensuite faire semblant de ne pas l'avoir fait)?

Ce tissage de thèmes aurait peut-être fonctionné s’il n’y avait pas eu un défaut majeur qui a franchement déprécié L’Exception fatalement. L'intrigue générale était prometteuse, les personnages étaient forts, mais l'écriture était médiocre: certaines scènes étaient faibles et d'autres carrément tirées par les cheveux. On a d'abord montré qu'Anne-Lise était exclue des plaisanteries occasionnelles parce que personne ne regardait la vidéo YouTube qu'elle trouvait drôle; il doit sûrement y avoir une meilleure façon de présenter ce problème. Dans la seconde moitié du film, il y a une scène où l’une des femmes pénètre par effraction dans la maison d’un coéquipier, en pleine forme de cambrioleur de chat; et une autre qui consiste à ne pas se faire repérer par une collègue dans sa pratique chorale, à cacher et à déclencher un avertisseur de fumée. Ces scènes peuvent correspondre à un mélodrame basé sur un livre de poche d'aéroport (comme Before I Go to Sleep ), mais les thèmes de The Exception méritent d'être traités sérieusement. Le film a été écrit par Christian Torpe, basé sur un roman de Christian Jungersen; que je n'ai pas lu, donc je ne peux pas dire si ces scènes idiotes étaient là dans la source, ou si le scénariste a essayé de donner au livre un drame supplémentaire.

The Exception sortira sur toutes les principales plates-formes numériques du Royaume-Uni le 22 janvier, y compris iTunes, AppleTV, Sky Store, Google Play, Amazon, Virgin, Curzon Home Cinema et Chili (et BT en location uniquement à partir du 1er février) .

Le post The Exception review – un thriller magnifiquement réalisé mais mal écrit est apparu en premier sur Ready Steady Cut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici